SAISON 2017/2018

Avant toute chose je tiens à remercier les soutiens de Maxence sans qui tout ceci ne serait pas réalisable. Cette saison sera longue, intense et surtout bien remplie. Sans vous, il ne nous serait pas possible de lui permettre de vivre cette aventure sportive, de donner vie à ce projet. C'est frustrant de ne pas pouvoir vous inviter tous à découvrir Max en action sur une piste lors d'un de ces circuits Elite où les meilleurs français et parfois internationaux croisent le fer. En effet toutes ces compétitions se déroulent loin, mais surtout si le hasard du calendrier vous rapproche de l'une d'elles, ne manquez pas l'occasion de voir ça de près, je m'occuperai des commentaires en personne !

Actualités

News, Agenda, Images, Partages !

Calendrier Saison

Calendrier 2017/2018
Epreuve Lieu Catégorie Date
Tournoi Open Antony SENIORS/U23 30/09 et 01/10/17
Champ IDF Paris JUNIORS 15/10/17
Cicuit National Elite Toulouse JUNIORS 21 et 22/10/17
Circuit National Elite Valence SENIORS 18 et 19/11/17
Championnat Ligue Paris SENIORS 26/11/17
Circuit Européen Mödling (AUT) SENIORS U23 03/12/17
Cicuit National Elite Bordeaux SENIORS 16 et 17/12/17
Circuit Européen Rome U23 10/02/18
Circuit National Elite Hénin Beaumont JUNIORS 24 et 25/02/18
Championnat de Paris Paris SENIORS 11/03/17
Cicuit National Elite Melun SENIORS 31/03 et 01/04/18
Cicuit National Elite Valence JUNIORS 7 et 8/04/18
Cicuit National Elite Bourg la Reine SENIORS 14 et 15/04/18
Champ Fr Equipe Bordeaux JUNIORS 21 et 22/04/18
Champ IDF Ind Paris SENIORS 06/05/17
Champ Fr Ind Nantes JUNIORS 12 et 13/05/18
Champ Fr Ind Strasbourg SENIORS 26 et 27/05/18
Classements Nationaux
  RANK
Juniors 45
Séniors 114

Flash Info

DECATHLON Partenaire de Maxence

A fond la forme !

 

                                  29/07/18

 

Reprise la semaine prochaine et nouveau partenariat !
 
Dès le week-end prochain Maxence s’envolera pour Copenhague. Il participera à un stage de reprise international, accompagné par certains des meilleurs Juniors du circuit Européen.
 
Mais hier c’est un nouveau partenariat que Max a eu le grand plaisir de conclure, un partenariat de prestige avec Decathlon France par le biais de son magasin Decathlon de Metz Augny.
C’est un honneur d’être parmi les sportifs soutenus par cette enseigne qui, rappelons-le, ne commercialise pas de matériel d’Escrime, du moins pas encore… Mais un escrimeur est un sportif à part entière et c’est à ce titre que Decathlon accompagnera Maxence pour cette nouvelle saison. Tests de chaussures de Running pour la préparation physique et d’autres produits de la marque comme les boissons Isotoniques et l’alimentation lors de l’effort de la marque Aptonia Decathlon.
Un grand merci à l'équipe du magasin pour ses conseils avisés et à Jonathan, directeur du magasin, pour ce soutien qui permettra à Maxence d’être « à fond la forme » toute la saison !

 

! CHAMPION DE FRANCE !

Champion de France !

                                                                             28/05/2018

 

Une dernière compétition, sans enjeu véritable, en sénior donc surclassé, un week-end inoubliable !

 

C’est à Strasbourg que se déroulait la dernière compétition de l’année. Le plus petit déplacement en kilomètres pour nous, ouf, on fatigue un peu en fin de saison.

Après la très belle 16ème place en Junior au Championnat de France de Nantes, Maxence se déplaçait en Alsace rassuré et plus libéré que jamais cette année, satisfaction de constater que ses efforts à l’entrainement commencent à porter leurs fruits. Seul petit regret au tableau, avoir raté le podium d’un tout petit point en équipe et donc la médaille FFE, objet tant convoité… Cette dernière compétition était donc moins « importante » mais très prestigieuse néanmoins, explication. Les grands clubs français alignent depuis quelques temps des équipes composées non seulement des meilleurs français, mais désormais de certains internationaux de renom. Il y a une explication politico/économique à cela, pour prétendre à des subventions des grandes régions, il faut impérativement avoir des performances en équipe, c’est aussi simple que cela. Dès lors, les clubs qui ont les moyens de le faire, d’investir en quelque sorte, ont recruté des tireurs au-delà de nos frontières pour compléter leur ou leurs équipes, l’économique lié au prestige de remporter le titre national.

Il y avait donc un incroyable plateau à Strasbourg ce week-end, tant chez les filles que chez les garçons, et nous avons croisés des champions et des championnes ce dimanche, venus des USA, d’Italie, d’Allemagne, des champions du monde ou Olympiques, le gratin de l’escrime mondiale, ne manquaient à l’appel que les Russes, avec qui visiblement les échanges sont moins naturels.

 

Revenons à Maxence.

 

Samedi se tenait la finale individuelle sénior. Max était donc inscrit en surclassé, puisqu’il est junior 2, en N3, il y a 3 catégories qui concernent des athlètes de 20 à 40 ans. Les 50 premiers constituent la N1, les 100 suivants la N2, les 100 suivants la N3. Les performances de Maxence cette saison en sénior ne lui ont pas permis de monter en N2, il tirera donc en N3, accompagné de nombreux juniors et d’une flopée de séniors aux bandes bleu/blanc/rouge des briscards des pistes qui tentent avec plus ou moins de réussite de concilier vie de famille, vie professionnelle et passion pour l’escrime.

Une fois n’est pas coutume, Maxence va démarrer cette compétition « la poignée dans le coin » !

6 victoires en poule (tout l’inverse de Nantes) et sortir du tableau N°1 ! Je ne crois pas que ça lui soit déjà arrivé lui qui aurait des tendances de diésel agricole en entame de compétition…

Il va dérouler son tableau assez facilement et dans la bonne humeur, rencontrant au passage un vieux pote de Metz en tableau de 64, retrouvailles, amitié, respect et esprit sportif sont de mise.

Le tableau se déroulera plein de maitrise jusqu’à la demi-finale, un tout petit peu plus tendue jusqu’à déclencher quelques mauvais réflexes, mais remportée tout de même. Puis une finale perdue honorablement mais qui, disons-le, aurait dû être gagnée, l’enjeu du titre venant probablement mettre un peu le bordel dans sa tête au mauvais moment.

C’est néanmoins sur la deuxième marche du podium que montera le messin du CEP, c’est sa première médaille nationale, il était passé tout près plusieurs fois, elle est en Argent mais ça n’a pas vraiment d’importance, il la porte avec fierté, elle récompense beaucoup de sacrifices.

Fin de la première journée, on n’en demandait pas tant, enfin si en fait, on attendait ça depuis longtemps, nous sommes fiers de lui et ce n’est que le début.

 

L’équipe du Dimanche !

 

Deux équipes du CEP sont alignées pour cette deuxième journée, l’une en N1 et l’autre en N3. La N2 est composée des sortants N1 de la première partie de tableau, elle existe mais elle ne se crée que pendant la compétition.

Max tire en N3, une équipe aux profils très différents mais dans ces différences il y a une forme d’homogénéité inattendue. Comme si l’âge, le parcours l’histoire de chacun, venait, non pas en opposition mais en complémentarité des autres, un peu comme des LEGO. Une belle confiance et une belle ambiance et puis surtout une sacrée motivation, l’envie, la gagne !

Nous, à dire vrai, nous sommes sur un petit nuage, en cette fin de saison compliquée, terminer sur une 16ème place en juniors et un titre de vice-champion de France en sénior, fut-il en N3, ça nous convient.

 

La suite sera donc une très belle surprise.

 

Cette équipe 2 du CEP va dominer son tableau de bout en bout. Les quatre Parisiens ne seront quasiment jamais en danger, leur complémentarité et leur motivation vont à chaque fois faire la différence, même dans les moments un peu tendus. Y compris lors de la finale, face à une équipe très motivée d’aller chercher le titre, l’expérience des uns et la fougue des autres fera la différence et la Team CEP remporte la compétition avec maîtrise et esprit de corps. Deuxième médaille pour Maxence dans ce week-end, en Or cette fois pour lui et ses coéquipiers, et la coupe pour l’équipe, voilà un moment que nous ne sommes pas prêts d’oublier.

 

Bilan

 

Max sera passé par des phases compliquées, sportives et personnelles. L’installation à Paris a été douloureuse pour tout le monde, puis la reprise des fondamentaux avec une toute autre méthode a été longue et difficile, je n’y reviens pas. Cette saison avait pour objectif de le préparer à la prochaine, sans autre prétention, enfin pour ceux qui l’entourent, c’était sans compter sur son envie à lui de réussir quelque chose cette année, au prix parfois de tensions entre lui et le reste du monde, nous prônions la patience, il criait son désir de résultat, deux visions qui s’opposent et des caractères bien trempés de part et d’autre pour les défendre, des débats animés en résumé. Et puis les soucis purement liés à la pratique intense du sport, une cheville qui pose problème, on attend encore aujourd’hui de savoir ce qu’on va pouvoir faire avec ça même si les premiers avis sont encourageants, ça va perdurer visiblement mais ça ne l’empêchera pas de tirer. D’ailleurs, hier j’ai pu constater que dans l’élite, ce souci de cheville était récurrent, celle d’Astrid Guyart avait dimanche une couleur qui n’est pas dans le catalogue du corps humain habituellement…

 

Ces deux médailles et ses performances de fin de saison sont un juste retour des choses, mais les choses ne sont pas toujours justes, je l’apprécie donc avec d’autant plus de mesure, il aurait tout aussi bien pu en être autrement. Il est allé chercher ça et il a surtout été particulièrement bien accompagné sportivement. J’ai une admiration totale pour la patience de son Maître d’Armes cette saison, sa capacité à composer avec le caractère compliqué de ses tireurs et particulièrement de Maxence dont le côté rebelle doit s’adoucir. Avoir du caractère c’est bien, avoir mauvais caractère c’est handicapant. Il lui reste encore un peu de chemin à faire à ce sujet. J’espère que ces dernières performances l’aideront à y voir plus clair dans tout ça et à comprendre que le sportif doit s’en remettre à ceux qui l’accompagnent pour réussir. Quelqu’un me disait il y a quelques années qu’un sportif c’est comme un tabouret à trois pieds. Le premier c’est le sportif lui-même, ses capacités, son engagement, son physique. Le deuxième c’est son entraineur, son expérience, sa capacité à gérer ses poulains, celle de faire passer les messages, la stratégie à long terme, sa vision et tout ce qui tourne autour de cette relation particulière entraineur/entrainé et dieu sait si les sujets sont nombreux. Enfin le troisième pied c’est l’entourage. La famille d’abord, puis le conjoint plus tard. Pour ces derniers l’engagement est long et difficile aussi. Accompagner un sportif dans sa quête du haut niveau, tout le monde vous dira que c’est un choix de vie qui n’est pas neutre du tout à bien des égards. Financièrement, c’est indéniable, mais l’engagement va bien au-delà. C’est le quotidien des années durant qui doit s’adapter aux exigences de cette vie particulière, faite de diners très tardifs après l’entrainement et de week-ends sur les routes, des milliers de kilomètres durant, sans compter la gestion des études.

Quels que soient les efforts consentis par les trois parties, l’équilibre est fragile, une seul faiblesse dans ce « dispositif » et tout peut basculer…

Alors je ne boude pas mon plaisir de constater que les choix que nous avons fait, lui et nous, donnent des résultats car, si nous n’en attendions pas forcément cette saison, nous sommes tous bien heureux de les voir surgir et c’est surtout très bienvenu pour la saison prochaine. Démarrer une saison en ayant terminé la précédente sur ce genre de performances, c’est forcément plus facile et motivant.

Voilà, fin de ce chapitre ou presque, il y aura peut-être quelques flashs durant l’été (stages ou autres petites actus), bravo Maxence pour ces résultats qui ravissent tout ton entourage. On n’a pas exulté en fait, je sais que tu es très fier sans trop le montrer et tu sais aussi à quel point nous les sommes, ça fait bien longtemps qu'on n'a plus besoin de se parler pour savoir avec exactitude ce que l’autre pense, on a partagé tant de choses toi et nous…

Ce n’est, je l’espère et j’en suis certain d’ailleurs, que le début d’un nouveau chapitre mais c’est l’occasion pour moi de remercier à nouveau ceux qui partagent avec nous cette aventure depuis longtemps parfois.

En premier lieu Stéphane Le Bleis, son Maître d’Armes du CEP, qui a investi beaucoup de temps et d’énergie (et de patience) dans l’accompagnement de Maxence cette saison, je n’oublie pas non plus les 11 saisons précédentes et Loïc Le Foll qui a détecté, forgé et partagé avec Maxence pendant des années, les premiers pas du tireur, ses premières victoires et la passion de l’Escrime, il peut et doit certainement être fier de son poulain aujourd’hui.

Rien de tout cela, et de ce qui va venir, ne serait possible sans les Sponsors de Maxence. Nous n’aurions jamais pu assumer les trois dernières années seuls, trop de déplacements, de matériel et de frais pour nous.

Merci donc à tous ceux qui s’affichent à ses côtés et qui, en plus de lui offrir la possibilité de poursuivre son objectif, s’intéressent à ses résultats, sa forme, sa santé, bref, qui plus que des sponsors, sont des marraines et des parrains sportifs de l’escrimeur, des amis bienveillants et sensibles à ce projet de vie qui est le sien. Sachez toutes et tous que nous vous devons tout cela. Certes, c’est Maxence qui fait le taf sur la piste, mais vous êtes en coulisse avec nous, vous faites partie intégrante de la TEAM MAXENCE et que nous vous sommes redevables, ces médailles ce sont un peu les vôtres.

La famille, vous l’avez compris depuis longtemps, a pris fait et cause pour le projet, ce n’est pas pour autant facile tous les jours. Maman et Papa ont beaucoup souffert et souffrent encore de cet envol précoce, on aurait bien gardé le "petit" encore un peu ou beaucoup (à la Tanguy) à la maison. Alors la récompense de ce week-end, si elle ne comble pas le manque, nous comble au moins de satisfaction, ces sacrifices et ce grand vide qu’il laisse derrière lui n’ont pas été vains, ce titre de Champion de France, un jour de fête des mères qui plus est, c’est une bien belle compensation et aussi très encourageant pour la suite, ça nous nourrit pour trouver la force de continuer à le porter le plus loin possible. Sa sœur Alexia a elle aussi beaucoup de mérite. Ce n’est pas facile d’exister quand le projet de son petit frère est aussi ambitieux et que le quotidien est un peu étouffé par ce sujet. Tu es une fille et une sœur merveilleuse. Quelle chance nous avons d’avoir des enfants comme vous…

Enfin il y a ceux qui partagent tout cela avec nous. Nos compagnons d’aventures et même des compagnons de route. Comment ne pas remercier Pascal et Natacha tout d’abord, qui nous accompagnent dans nos voyages, nos moments difficiles et heureusement aussi dans ces victoires survoltées qui donnent des sensations à nulles autres pareilles, merci d’être là pour lui et avec nous.

Merci à toute la famille qui vit avec nous tous ces moments et se réjouissent de voir Max reprendre le chemin des podiums, ça nous manquait il faut bien le dire !!!

Et puis merci à tous nos amis, qui ont découvert l’Escrime au travers de l’aventure de Maxence, qui nous suivent et vivent tous ces moments avec nous par procuration, qui l’encouragent depuis de mois, des années, qui se préoccupent de lui et qui nous aident d’une façon ou d’une autre. Je reçois depuis samedi des dizaines de témoignages et de félicitations de partout c’est une merveilleuse expérience humaine. J’ignore s’il parviendra au très haut niveau, j’y crois et je ne lâcherai rien pour tenter de le lui permettre, mais ce que je sais déjà, c’est que son aventure sportive a fédéré autour de lui et de nous beaucoup de belles choses et quelle qu’en soit l’issue, les moments que nous aurons partagés avec vous tous sont, quoiqu’il en soit, déjà inoubliables.

 

La suite la saison prochaine, dernière saison en junior, un cran au-dessus encore on l’espère (ou deux ;-)). J’ai terminé mon premier article de la saison avec cette phrase que je répète aujourd’hui avec plaisir :

 

« Va mon fils, regarde (loin) devant, on est juste derrière toi ! »

 

 

Championnat de France sénior 2018

Quelques images

Finale Junior 2018 !

Finale du Championnat de France Junior Nantes

                                                                     

                                                                        14/05/18

 

Acte 1 : L’épreuve individuelle

 

On dit que les voyages forment la jeunesse et que le sport forme le corps et l’esprit. Une chose est certaine, c’est que tout cela fabrique de merveilleux souvenirs, je dois bien l’avouer, encore plus lorsque les résultats sportifs sont au rendez-vous.

 

Ce samedi 12 Mai nous étions donc à Nantes, cette journée étant dédiée à la finale individuelle.

La hiérarchie du championnat est la suivante : Les 50 premiers au classement constituent la catégorie N1, les 100 suivants la N2, rien pour les autres en Junior, il existe une catégorie N3 mais uniquement en sénior.

 

La saison a été à la fois longue et courte, c’est paradoxal mais ce mois de Mai est arrivé vite alors que les jours sans Max à la maison m’ont semblé très longs. Bref, l’objectif était de travailler une nouvelle escrime et partant de là, nous n’attendions pas qu’il fasse de grosses performances. C’est d’ailleurs sur des contre-performances que la saison a commencé, sans surprise et parfaitement normal étant donné le contexte.

Beaucoup de doutes et de travail pour arriver sur une fin de saison ascendante. Un très beau retour au premier plan à Valence, une qualification en N1 pour ce championnat de France, un petit peu moins de doutes, un peu plus (tout petit) de confiance et nous voici le jour J.

 

Un début de journée au purgatoire pour commencer. Aucune victoire en poule sur 6 matchs, on ne pouvait pas plus mal commencer c’est certain. Néanmoins, et pour l’avoir vécu à plusieurs reprises, je sais que Maxence n’est pas un spécialiste des poules, les matchs en 5 touches ce n’est pas son truc, dommage ça aide mais je sais qu’il est capable de se transcender, il faut avouer toutefois qu’avec 6 défaites je ne suis pas totalement serein ;-)

Et puis comme c’est déjà arrivé, le tireur qui entre en piste pour son premier tour de tableau n’est plus le même qu’une heure (ou deux parfois) avant. A quoi ça tient ? Frustration ? Remotivation ? Lâcher prise ? Je n’en sais rien, mais comme à chaque fois que cela arrive, je suis stupéfait par la transformation. Posé, Maxence mène presque tout le match qu’il remporte presque sereinement, le voici en T32 contre toute attente. Le deuxième tour sera tout aussi bien abordé et géré, même plus dominateur sur l’attitude et alors qu’il était aux abois le matin, Maxence entre dans le Top 16 et se qualifié pour le huitième de finale. C’est là que s’arrêta la belle après-midi, face à Wallerand Roger, tireur aussi redoutable que sympathique et actuellement deuxième du classement national.

Maxence termine donc 16ième Français en ce samedi, je suis très fier qu’il ait su trouver les ressources et se mobiliser de la sorte, c’est très encourageant pour la suite. Seule inquiétude, la cheville qui donne de sérieux signes de fatigue. Fin de saison bienvenue et force est de constater que Maxence n’est pas le seul, en effet, je n’avais jamais vu autant de chevillières lors d’une compétition et les hauts parleurs ont résonné d’appels à l’équipe médicale comme jamais ce week-end.

 

Acte 2 : L’épreuve par équipe

 

Tout comme Maxence et 3 de ses compères du CEP, l’équipe se présente à cette finale en N1, accompagnée des plus grands clubs de fleuret de France.

Le premier tour est une formalité, l’équipe gère et remporte le match 45/28 sans être inquiétée.

Le quart de finale est d’un tout autre niveau, le club opposant est Nice, c’est un club prétendant au titre, comme le CEP, c’est un peu une finale avant la finale et l’analyse va être vite confirmée.

Souvent les matchs d’équipe sont tendus et l’ambiance est survoltée. L’équipe de Nice est connue pour une attitude agressive, disons surtout qu’il y a dans l’équipe de Nice un individu dont l’attitude est assez rare en escrime, depuis 12 ans que je fréquente les compétitions c’est d’ailleurs le seul dont je me souvienne. Les assauts sont donc particulièrement piquants. Ce match ne fera pas exception. Après avoir été distancé, le CEP revient au score en milieu de match puis c’est un Mano à Mano qui va durer jusqu’à la fin pour se terminer sur une défaite parisienne 44/45, ça ne tient à rien mais cette défaite à ce stade a un goût amer puisque si le score est inversé c’est le podium assuré et le retour à la maison avec une médaille autour du cou.

 

L’histoire retiendra que c’est Nice qui remporte la compétition, d’autant plus de regrets que les deux matchs qu’ils gagneront ensuite se termineront sur des scores beaucoup moins serrés (45/29 et 45/26), c’est au final le CEP qui aura donné le plus de fil à retordre aux champions niçois…

 

Voilà, retour en Lorraine avec Maxence qui retrouvera Paris Mardi, encore deux semaines d’entrainement pour préparer la toute dernière compétition de l’année, le championnat de France Sénior. Moins d’enjeu, peut-être l’occasion de tirer plus libéré. Pour Maxence ce sera en N3, tout ceci dans notre jardin (pour une fois) puisque cette épreuve se déroule à Strasbourg.

Rendez-vous le 26 et 27 pour ce dernier opus d’une saison qui nous aura fait vivre pas mal de bas et finalement des émotions intenses sur la fin et ça c’est génial !

 

Bravo Maxence et bravo à tes camarades de piste, je n'oublie pas non plus le coach qui peut être fier de l'attitude de ses bretteurs ce week-end !

 

Circuit Elite Junior de Valence : un putain de dimanche !

                                                 7 et 8 Avril 2018

 

 

Ça faisait plus de deux ans qu’on l’attendait cette journée-là, un putain de dimanche !

 

Oui, en cadet, Maxence nous avait habitués à de grands moments d’émotion. Puis vint le temps du changement et l’apprentissage, difficile, de la patience. Une remise en question totale, technique et psychologique, une mutation loin d’être achevée.

Ce temps, compréhensible et acceptable pour certains, interminable pour lui, où il faut gérer son envie, son orgueil, faire confiance, se faire confiance, travailler, travailler encore. Puis il y a des signes, encourageants pour les uns, insuffisants pour lui, les échecs, cuisants, puis d’un rien, des signes qui font penser qu’on a eu raison mais qui attendent confirmation.

Et puis ce dimanche, après un samedi qualificatif un peu « pour du beurre », un samedi moyen, ce dimanche où enfin on bascule d’un rien vers le bon côté du score, où la tendance s’inverse. C’est encore fébrile, tendu mais ce petit truc qui manquait arrive au bon moment, le bras part plus franchement et cette fois c’est Max qui marque le point libérateur.

Au rang 57 sorti des poules, Maxence démarre la journée en T128 sur un match « d’éveil » qu’il domine et remporte 15 à 7. De bonne augure car s’il manque 4 des meilleurs tireurs à l’appel pour cause de coupe du monde en Italie, les autres ont tous bien l’intention d’en profiter et la motivation en est presque plus palpable.

 

En T64, Max à une revanche à prendre. Un tireur qui l’avait étrillé la saison dernière, un jeu dur auquel il n’avait pas su répondre, un match classé dans les mauvais souvenirs. Dans ces cas-là, je ne sais jamais si ça va le motiver ou si, au contraire, c’est handicapant, ça dépend probablement de beaucoup de facteurs, bref, c’est l’inconnu…

Ce sera un match très compliqué, d’abord car les deux vont se tirer la bourre d’un bout à l’autre, dès que l’un prend le dessus, l’autre revient. Parallèlement l’adversaire de Max a de gros soucis de matériel, fleurets défectueux puis fil de corps, même le directoire technique intervient pour trancher, carton ou pas carton car en Escrime il y a des sanctions lorsqu’on se présente avec un matériel non conforme. Finalement pas de sanction et le match continue avec des bugs en veux-tu en voilà qui interrompent les assauts sans cesse… Un GROS MERDIER !

Dans le bordel ambiant d’un match qui va durer plus de 20 minutes (une éternité en Escrime), Max va même prendre un carton rouge (1 point de pénalité), se retournant deux fois à force de ne plus savoir si les lampes s’allument ou pas. Le score avance et une nouvelle fois nous voilà rendus à 14/14. Lors des deux dernières compétitions, Max a raté la qualification pour le dimanche dans les mêmes circonstances, à ce moment-là, on arrête de respirer et on se demande évidemment si l’histoire va encore se répéter. Et c’est Maxence qui marque le dernier point, le propulsant en T32 (ce qu’on appelle dans les autres sports le 16ième de finale) ce qui ne lui est pas arrivé depuis longtemps et ça c’est cooooool !

 

Le temps est un peu long, près d’une heure, jusqu’à l’assaut suivant, pendant ce temps, les deux compères du CEP se qualifient, eux aussi, pour le tour suivant, on passe assurément un bon moment !

 

Ce T32 est, sur le papier ou dans la tête, un peu moins hard, pour autant, un adversaire du même club que le précédent. Le match va être intense.

Ça démarre assez mal, Max compte jusqu’à 3 points de retard mais si il y a bien une chose à retenir en Escrime c’est que tant que le match n’est pas terminé, tout peut arriver. Max remonte et à partir de 5/5 il n’y aura jamais plus de 2 points d’écart entre les deux tireurs, la tension monte, la mienne c’est certain, et on va à nouveau connaitre une égalité 14/14, encore une !!!

Une nouvelle fois dans cette journée Max se lance, la main ne tremble pas, il touche, il est en T16 !

 

Un soulagement, je sors de mon apnée, j’en ai marre de ces 14/14 mais tout de même c’est super cooooool ! Je suis content, même si il y a encore du déchet et qu’il faudra encore être plus rigoureux pour ne plus se mettre en danger de la sorte, ça passe et ça fait du bien.

Cela faisait trois ans que Max n’avait pas atteint ce stade d’un circuit national. Ça ne veut pas dire qu’il a retrouvé son niveau, on pourra le dire quand ce sera régulier mais ça veut dire que les efforts paient et qu’il faut continuer de travailler. En tout cas ça nourrit la motivation et ça fait vachement de bien !

 

Le T16…

 

C’est con mais c’est comme ça. Etant donné qu’en parallèle, les potes de Maxence se sont aussi qualifiés tour après tour, les trois tireurs du CEP sont en huitième de finale et les routes de Maxence et de Sylvain se croisent là. C’est toujours difficile d’affronter un partenaire de club mais les deux gars se branchent complices, que le meilleur gagne comme on dit. Contrairement à leurs deux tours précédents où l’ambiance était très chaude, celui-ci se déroulera dans le calme. Maxence tiendra le score, 4/4, Sylvain prendra le dessus Max payant probablement un peu de ses efforts lors des deux tours précédents et finira par s’incliner 10 à 15, match propre. Une victoire au goût amer pour Sylvain et un respect mutuel qui fait plaisir à voir. Fin de cette journée riche en émotions, de nouveau.

Maxence termine donc 16ième de ce circuit élite junior de Valence, sur 122 tireurs présents, c’est cooooool !

 

Epilogue

 

Il était important ce dernier circuit junior, et ce, pour la raison suivante. La contre-performance de Max à Hénin Beaumont lors du précédent lui a coûté beaucoup de points, il a régressé au classement et il est redescendu en N2 (la N1 ce sont les 50 premiers au classement national). Ce n’est pas grave dans l’absolu, on a reformaté le disque dur et il faut le temps de tout remettre en place. D’aucun d’ailleurs pourraient tout à fait se dire que tirer la finale en N2 c’est l’opportunité d’accéder à un podium ou un titre national plus facilement, mais pas Maxence. A tort ou à raison en ces circonstances particulières. Il a toujours été dans l’état d’esprit de tout faire pour être en N1, même si c’est forcément bien plus compliqué d’y viser un résultat lors de la finale du championnat de France.

Ce résultat pourrait lui permettre de refranchir la barre, on attend le classement d’ici quelques jours pour en avoir la confirmation. Quel que soit le résultat ça n’enlèvera rien à la satisfaction qui est la nôtre aujourd’hui. Je terminais mon précédent article avec ces mots « Tiens bon Fils, ça va le faire », je ne m’enflamme pas mais je suis heureux de constater que même si c’est encore fragile, Max commence à bénéficier des fruits de son travail, j’espère qu’il y trouvera encore un peu plus de motivation et de confiance. Les meilleures leçons sont celles qu’on se donne.

Le week-end prochain, circuit élite sénior de Bourg la Reine, on n’y cherche rien que de continuer de progresser et ensuite, on attend de voir si Max est retenu sur la feuille de match pour la compétition par équipe à Bordeaux.

 

A suivre ;-)

Challenge International de Melun

                                          30/31/03

 

A un point près… à nouveau !

 

Retour sur l’épreuve élite de Melun de ce week-end où Maxence Schaller officiait en surclassé puisqu’il s’agit d’une épreuve sénior.

Cette compétition d'Escrime est reconnue pour avoir un niveau élevé, elle déplace des tireurs du monde entier, nous avions donc sur la feuille de match des participants prestigieux venus de Cuba, de Chine, de Russie, et l’élite française, bien entendu, avec nos fleurettistes olympiens en particulier.

L’occasion donc pour un junior de croiser le fer avec une opposition importante et riche en styles.

La poule de Maxence s’est déroulée un peu comme attendue. Le niveau étant élevé, il fallait être mobilisé dès le premier assaut pour assurer un classement correct et s’ouvrir un tableau sans trop de mauvaises surprises, la loi du genre. Et ce fut fait. Avec 3 victoires et deux défaites dans cette poule de 6, Maxence sort 74 sur un total de 196 participants.

Il faut alors passer deux tours de tableau pour se qualifier pour le dimanche.

Le premier assaut est facile, Maxence l’emporte par 15 touches à 6, il n’est inquiété à aucun moment et maîtrise le match de belle manière.

Le deuxième tour de tableau est beaucoup plus relevé et c’est la clé pour la qualification le lendemain. Pourtant Max sera très dominateur sur la première partie du match, jusqu’à mener 9 à 3 avec donc une avance confortable. Son adversaire, plus vieux de trois ans que Maxence, se reprend et s’adapte au jeu de son adversaire remontant ainsi son retard jusqu’à pousser Max à l’ultime touche à 14/14. Comme il y a quelques semaines à Hénin Beaumont Max s’incline sur ce point dit « de la mort » et les portes de la seconde phase du tournoi se referment.

Grosse déception c’est sûr. Pour tout le monde, lui le premier, c'est le sport, c'est l'Escrime.

Alors que manque-t-il à Maxence pour que ça passe ? Pas grand-chose à dire vrai. L’escrime a définitivement beaucoup évolué, le niveau de prestation est bien au-dessus de ce que Max était en mesure de faire il y a six mois. Le jeu est plus riche, plus propre et les solutions plus nombreuses. Si on reprend ces deux derniers matchs perdus sur le plus petit score possible, ce qui ressort c’est un besoin de rigueur et de concentration tout le long du match. Ces assauts, Max ne les a pas perdus à 14/14, c’est avant, dans le cours du match que Max doit être capable de rester rigoureux sur la méthode à chaque point. S’il ne donne pas les trois ou quatre points en milieu de match, il arrive en fin de jeu avec l’avance suffisante pour pouvoir la gérer différemment. C’est donc  ça qu’il doit travailler pour la suite car côté technique les progrès sont là et bien là. La rigueur et la concentration et ça va passer.

Cette semaine s’annonce compliquée, pas de train avant jeudi pour regagner la capitale alors même que se profile le prochain circuit junior samedi prochain à Valence. Merci pour cette nouvelle prise d’otages des cheminots. En tout cas c’est un vrai plaisir de voir les progrès, il ne manque vraiment pas grand-chose pour que ça passe et que Max accède au niveau dont on le sait capable. Tiens bon Fils, ça va le faire !!!

Hénin Beaumont, plus calme, plus frais et plus dur qu'à Rome !

                                    26/02/18

 

De l’importance des Poules !!!

 

Après notre périple Romain, c’est en terre Ch’timi que nous retrouvions les pistes ce week-end, à Hénin Beaumont. Deuxième manche du circuit élite Junior.

Si la poule italienne avait été menée de main de maître il y a 15 jours, à Hénin ce fut très compliqué à l’inverse. La poule était corsée, soit, mais surtout l’inspiration n’y était pas et ce fut un chemin de croix pour Maxence avec comme résultat le simple inverse qu’à Rome, 1 seule victoire pour 4 défaites, dur, dur.

Pour ceux qui ne sont pas coutumiers des formules de compétitions (pas seulement en escrime d’ailleurs), petite explication de texte : en quoi les poules sont importantes ?

Dans une compétition comme celle-ci, il y a 141 tireurs. On en garde 118 à l’issue des poules, cela veut donc dire qu’une fois les poules terminées, 23 tireurs sont éliminés directement, première sanction, il ne faut donc pas être tout en bas du classement.

Ensuite c’est assez simple, il y a parfois des qualifiés directs (cette fois on en fait passer 6 directement le lendemain), les 112 autres tirent une première manche de tableau afin d’en garder au total (avec les exemptés) 64 pour le dimanche.

Pour créer le tableau, le principe est que le premier au classement rencontre le dernier, le deuxième rencontre l’avant dernier etc…

Deuxième élément donc, mieux on est classé, plus le tableau est facile (sur le papier au moins). A l’inverse, quand on a raté ses poules, c’est un peu comme tirer au premier tour, une finale, une demi ou un quart puisqu’on tombe immédiatement contre un tireur (toujours sur le papier mais là il y a moins de surprises) du tout haut de classement.

Voilà donc ce qui est arrivé à Maxence, disons que sa contre-performance en poule l’a positionné dès son premier tour de tableau à un niveau quart de finale…

Le côté positif (très même), c’est que ce match de tableau, même si pour ne pas ménager le suspense, je vous annonce tout de suite qu’il a été perdu par Maxence, ce match a été d’un excellent niveau et perdu sur ce qu’on appelle la touche de la mort ;-) soit score final 14/15 !

Maxence a fourni une escrime à l’opposé de la poule, il a mené une bonne partie du match et franchement, le score aurait été l’inverse de ce qu’il est, c’était tout aussi légitime. Un très bel assaut, plein de belles choses, dommage que ça n’aille pas au bout mais c’est toujours en progrès et ça fait plaisir. N’oublions pas qu’il y a 6 mois l’objectif était de préparer la saison prochaine, pas d’obtenir des résultats sur celle-ci, on ne se reconstruit pas aussi vite…

On retrouve Max en sénior en Mars, le circuit de Paris et la très belle épreuve élite de Melun !

Compétition U23 de ROME, Un week-end de folie !

                                                 12/02/18

 

Une Aventure Romaine qu’on n’est pas près d’oublier…

 

Il y a des week-ends qui ne se déroulent pas comme prévu !

Vendredi matin, j’intervenais au sein de mon groupe BNI de Metz en ironisant sur le fait que le week-end de compétition qui m’attendait à Rome où je rejoignais Maxence ne pourrait pas être aussi compliqué que celui que nous avions connu à Pise il y a deux ans alors que nous nous étions fait pillé la voiture en plein jour et au cœur de la ville. Je ne savais pas ce qui l’attendait…

 

Prenant l’avion depuis Francfort et Maxence depuis Paris, nous étions effectivement à l’abri d’une telle déconvenue automobile. Mais c’était sans compter sur la malice du destin qui a joué bien des tours à Maxence dès le départ et jusqu’au bout du week-end…

Première alerte en amont, l’hôtel dans lequel j’avais réservé une chambre annule ma réservation 5 jours avant, Booking intervient cependant et je trouve un autre point de chute avec intervention de Booking sur la différence de prix, tout va bien mais le meilleur reste à venir, ça aurait dû m’alerter ?

 

Acte 1 : Départ pour Rome.

 

Retour donc sur ce voyage pour le moins mouvementé !

Sur le papier, Maxence devait prendre l’avion depuis Orly vendredi après-midi décollage 13h10. La compétition romaine se déroulait sur une journée, début des assauts samedi 8h00 au cœur de Rome. Sur le papier toujours, les conditions étaient confortables et laissaient même la place à un petit entrainement le vendredi soir veille de compétition…

 

Les ennuis commencent à ce moment-là à Orly.

 

Embarquement tardif sur un vol Alitalia puis attente sur le tarmac de l’aéroport, de longues, très longues minutes. 14h30, 15h30, 16h30 peu d’informations si ce n’est l’évocation d’un problème de dégivrage, l’ambiance chauffe car un groupe de voyageurs est dans l’avion et ce dernier est bloqué à Paris depuis 48 heures à cause des intempéries, ils perdent évidement patience encore plus vite que les autres, on le comprend. Finalement à 15h40, tout le monde descend ! Le dégivrage est mort, il faut retourner à l’aérogare…

La folle nuit de Maxence et Sylvain son collègue de piste va commencer. L’aventure, gérée à distance par leur maître d’armes, qui lui, vient d’arriver à Rome en ayant empreinté un autre vol.

Le comptoir est pris d’assaut, plus de places sur aucun vol pour Rome le soir même, seule possibilité un avion qui atterrit à 8h30 le samedi, trop tard. Le temps passe, toutes les options sont étudiées et celle choisie est de sauter dans un vol pour Florence (300km de Rome), qui part lui, de Roissy à 21h00. Max et Sylvain foncent à Roissy et réussissent à attraper le vol en question, à 21h00 ils sont dans l’avion, en parallèle nous prenons nous avec Pascal le vol prévu à Francfort ayant attendu la dernière minute de l’embarquement car si les garçons n’avaient pas eu leur avion nous serions rentrés.

Evidement ce n’est pas fini, ils sont à Florence à 23h00 !

Pendant les vols des deux tireurs (et le nôtre), revue des options Florence/Rome et à 23h00 c’est compliqué, sans compter qu’une fois en Italie, accrochez-vous pour trouver quelqu’un qui parle Français ou Anglais, à ce titre l’Italie ressemble à la France…

En secours un train qui arriverait à 5h00 du matin, pas top, en parallèle recherche d’un VTC, horriblement cher, l’aller et retour ROME/FLORENCE/ROME en voiture mais c’est 6h00 de transport et une arrivée très tardive aussi. 0h15, finalement les gars, guidés à distance par le maître négocient avec un taxi à Florence pour faire le trajet et c’est parti pour un tour de Formule 1. Départ 0h30, arrivée à Rome un peu avant 03h00, changement de taxi car le taxi florentin n’a pas le droit d’entrer dans Rome, et arrivée à l’hôtel 03h20 ! Fin du Road Trip mais ce n’est pas terminé vous allez voir !

 

Acte 2 : La compétition :

 

Après cette nuit épique il fallait se remobiliser mais j’apprécie la gestion de crise, menée de main de maître et c’est le cas de le dire, il est 08h00 et les tireurs sont en piste et s’échauffent, un peu tendus encore de la veille mais ils sont là, mission accomplie.

La compétition sera positive, une très belle poule avec 5 victoires et une seule défaite contre un des deux finalistes de la compétition et enfin une défaite 12/15 en tableau de 64 honorable 36ième place dans ce circuit séniors de moins de 23 ans en terre italienne.

Maxence progresse, il touche désormais, il n’est plus si loin du niveau qui était le sien il y a 18 mois et la suite est prometteuse. Il doit continuer de travailler et de retrouver les automatismes qui de temps en temps s’embrouillent encore un peu mais le progrès est notable, la preuve.

Compétition terminée pour les 3 tireurs du CEP, le maître reparti direction Nantes entre temps où un circuit national a lieu demain dimanche, les trois complices grignotent des pâtisseries avant de sauter dans un nouveau taxi  pour l’aéroport où un vol Alitalia à nouveau les attend, décollage prévu à 21h00. C’est là que la seconde folle nuit commence.

 

Acte 3 : Retour de Rome.

 

Les trois sportifs sont donc à l’aéroport, en attente de leur vol, Alitalia toujours, via une réservation Air France.

Ils embarquent à l’heure et s’installent. C’est alors qu’une odeur de kérosène se repend dans l’avion. Inspection, interventions, discussions, aérations, réinspection, le tout dure des plombes et finalement à près de minuit ils évacuent l’avion !!! La coupe est pleine pour être franc et les gars en ont plein le cul si vous me permettez ! On les comprend. D’autant qu’à cette heure, comptoir Air France fermé, Alitalia incapable de proposer une solution concrète les envoie à l’hôtel pour la nuit sans réponse ni perspective pour le retour du lendemain. A distance toujours, une proposition du maître mais en parallèle je trouve une place sur notre vol Rome/Francfort de 06h35, on se met d’accord, je prends la place et Max saute dans un nouveau taxi pour nous rejoindre à notre hôtel, il arrive à 01h30, je lui prends une chambre et au lit. Réveil 04h30, taxi 05h00, avion 06h35 atterrissage 08h45 à moins deux degrés (contre 16 la veille à Rome Brrrrr), café, parking et on arrivera à la maison vers midi, fin du second Road Trip et fin de l’histoire !!!

 

Alors on retire d’une aventure comme celle-ci ce qu’on veut, moi je dirais ceci :

 

Je ne félicite pas Alitalia pour le peu de fiabilité de ses avions, néanmoins je préfère qu’ils aient pris les décisions de ne pas voler dans ces conditions même si la situation s’est avérée compliquée à gérer par deux fois. Je garderai un bon souvenir de tout cela puisque tout se termine bien et que contre vents et marées, les gars ont fait leur compétition et sont rentrés à bon port.

 

Quant à Maxence, après tout ça, une fois posé à la maison, il m’a affirmé que l’Italie c’est définitivement terminé pour lui ! ;-) ;-) ;-)

 

La suite du programme est un peu modifiée. Maxence ne tirera pas les « France Equipe » de Strasbourg finalement. Le prochain rendez-vous avec les pistes est donc le circuit élite junior de Hénin Beaumont les 24 et 25 février. C’est moins exotique que Rome et ce sera incontestablement plus froid mais c’est moins loin et moins « risqué »…

 

Vive l’escrime !!!

 

Prochaine étape ROME !           17/01/18   

 

 

Après un repos relatif pour les fêtes de fin d’année, Maxence a retrouvé Paris. Il continue de travailler son escrime, leçons et entrainements se succèdent à un rythme soutenu. En plus de ce classique programme d’entrainement ce mois de Janvier est aussi le rendez-vous de l’escrime des jeunes du monde entier, le Marathon Fleuret. Maxence n’y participera pas en tant que compétiteur bien-sûr, cette épreuve est réservée aux minimes et cadets, c’est néanmoins un excellent souvenir pour nous et surtout pour lui puisqu’en minime 2, Max avait brillé dans cette compétition qui rassemble des escrimeurs du monde entier en se classant 10ième Mondial, 3ième français, une très belle performance qui ponctuait un week-end où il aura enchainé 18 victoires d’affilée pour ne s’incliner que face au vainqueur du tournoi Japonais.

C’est dans l’équipe d’organisation que Max va vivre ce marathon 2018, en effet c’est son club, le CEP, qui organise ce rendez-vous incontournable. Un gros boulot en perspective pour ce premier week-end de février mais une expérience enrichissante en matière d’organisation.

Il faudra que Max se remette vite de ce Marathon car le week-end suivant c’est à ROME qu’il se rendra pour le nouveau circuit européen dans la catégorie U23 (séniors jusqu’à 23 ans). Le samedi 10 février nous découvrirons la capitale italienne, Italie où nous avions connu des fortunes diverses pour ne pas dire mauvaise fortune il y a quelques temps, chambre d’hôte introuvable, compétition ratée et voiture braquée, pise ne nous a pas laissé un bon souvenir, il est donc temps d’effacer tout ça et de réécrire une page plus agréable.

Grâce à des prix de billets d’avion particulièrement Low Cost j’aurais le plaisir d’assister à cette manche, ça revient moins cher aujourd’hui d’aller à ROME qu’à Paris…

Les choses se préparent également pour l’épreuve suivante en Sénior par équipe à Strasbourg, les compétitions par équipe c’est encore plus grisant, hâte de voir ça. Il enchainera ensuite avec la deuxième et importante manche du circuit élite junior à Hénin Beaumont. Trois gros week-end de compétitions pour cette reprise...

 

Toinet

Une nouvelle Marraine pour Maxence...

On lêve le voile !

Une nouvelle Marraine pour Maxence :

 

Joyeux Noël !!!

 

La saison est particulièrement longue cette année et les distances grandes, sans compter le choix de rejoindre un grand club parisien pour toutes les bonnes raisons déjà évoquées.

Pour pouvoir aller au terme de cette année sportive en permettant à Maxence de participer à toutes les compétitions nécessaires, il a besoin d’aide.

C’est une jeune chef d’entreprise messine qui vient de rejoindre le petit groupe de sponsors de l’escrimeur. Patronne hyper dynamique, Laura Delteil qui dirige l’agence « La Centrale de Financement » de Metz avenue Foch, a été séduite par l’escrime et les valeurs que ce sport véhicule, combativité, respect, ténacité, elle n’a probablement pas été insensible non plus à l’image noble et élégante de l’escrime. Mais lorsque je lui ai demandé ce qui l’avait décidée à rejoindre les soutiens de Max elle m’a répondu : « Je suis touchée par cette aventure sportive et humaine entre le fils et son père, l’un sur la piste et l’autre partout où il faut l’être pour lui permettre de réaliser son rêve».

Tout est dit, c’est vrai, c’est une Aventure, un long parcours, et pas facile. Encore moins aujourd’hui que cette aventure passe par la séparation, en ce jour de Noël, nous en pesons tout le poids.

Merci Laura pour ton implication. Tu rejoins des soutiens qui partagent ces valeurs, elles nous et vous unissent au travers de la quête de ce jeune sportif et de tous ceux qui l’accompagnent, notre famille, sa mère et sa sœur, ses grands-parents, oncles, tantes et cousines, ses amis et les nôtres.

Il n’y a pas UN père Noël, il y en a des tas, des Mères Noël aussi la preuve. Merci à vous toutes et tous qui permettez à cette belle histoire d’exister !

Bon noël à toutes et à tous et bonne année ! Rendez-vous en février pour de nouvelles aventures sportives ET humaines !

La Der à Bordeaux et repos...

Noël, l’heure du premier bilan.                 25/12/17

 

Une dernière compétition la semaine passée à Bordeaux en sénior et nous voilà à la pause de fin d’année. Bordeaux !

Dernier circuit élite de l’année dans la plus belle salle d’Armes du Monde (oui, oui je pèse mes mots).

Et on a passé un moment compliqué ! En effet, le hasard du tirage nous a donné l’occasion de voir le tableau de 128 en direct car il le tirait sur la piste des finales.

Sorti de sa poule avec 3 V et 3D, max passe facilement le T256 incomplet sur le score de 15/8. Il faut passer le tour suivant pour être qualifié le lendemain. Max va dominer très nettement les deux premiers tiers du match, comptant une avance très confortable. Son adversaire va s’accrocher et finir par remonter l’écart jusqu’au score de 14/14, la touche de la mort. Et c’est sur une sortie de piste que Max va perdre ce match alors même qu’il avait déclenché et touché son adversaire. Le point se joue sur un demi-talon ou un quart de seconde selon…

Si jusqu’ici  on n’avait pas de regrets, préférant positiver les progrès techniques aux résultats purs, là il faut avouer que Maxence aurait dû gagner ce match et pas à 14/14, bien avant.

Toutefois, les progrès sont là, très notables et Max commence à maîtriser ce nouveau jeu de mieux en mieux et si ça ne passe pas encore à Bordeaux, le travail paiera lors des prochains rendez-vous, c’est certain. Dommage que le nouveau système d’attribution des points mis en place cette année soit moins avantageux avec cette nouvelle scission entre pré-tournoi et tournoi, cela aurait donné l’occasion à Max d’avancer un peu plus au classement Sénior mais c’est ainsi et ce classement n’est pas, du moins pas encore, l’objectif.

Nous sommes donc à la pause, un gros tiers de la saison est déjà derrière Max, il reste une grosse dizaine de compétitions au tableau officiel et peut-être une poignée d’autres s’y ajouteront. Si nous sommes encore éloignés du total retour en confiance et surtout de la maîtrise du nouveau jeu, la complicité avec son nouveau club et son nouveau Maître semble être en bonne voie, et c’est capital.

Il y a encore du travail à accomplir pour avoir le déclic, la maîtrise suffisante qui déclenche le retour à la confiance qui elle-même engendre assurance et audace, le cercle vertueux du sportif, l’état de grâce, le graal du compétiteur, l’objectif de ce départ à Paris.

Retour aux affaires deuxième quinzaine de février avec une bonne mise en jambe à Strasbourg pour le championnat de France par équipe puis, la semaine suivante le deuxième rendez-vous du circuit Elite Junior à Hénin Beaumont, on va se cailler à nouveau !!!

 

Joyeuses fêtes à tous et rendez-vous en 2018 ;-)

Max à l'entrainement : La Leçon

La leçon

 

La leçon c'est le tête à tête entre le Maître d'Armes et son tireur. C'est le travail technique, quasi quotidien pour Maxence et son mentor.

Voici donc un extrait d'une leçon bien dynamique lors de laquelle les deux protagonistes font le Job !!!

Circuit Européen U23 de Mödling

Pour le travail !       03/12/17

 

Une fin d’année aux week-ends bien remplis !

Je crois pouvoir dire que dans une quinzaine de jours, Maxence sera content de faire une pause et de rentrer en Lorraine passer les fêtes en famille. Cela fera en effet 5 semaines qu’il aura enchainé les week-ends de compétition.

C’est après un circuit dans la ligue de Paris et avant le circuit élite séniors de Bordeaux dans 15 jours que ce week-end Maxence a fait le voyage à Mödling en Autriche, célèbre terre d’Escrime qui accueille tous les ans de multiples circuits européens.

Encore en plein travail de construction de sa nouvelle escrime, ces rendez-vous sont l’occasion idéale pour mettre en pratique les nouvelles techniques face à une forte opposition.

La semaine avait été ponctuée d’un petit coup de chaud. Rentrés de Paris le week-end dernier avec la tenue de compétition de Maxence dans l’objectif d’y fixer les couleurs du CEP, nous avons posté la tenue en retour mardi mais cette dernière s’est perdue dans les méandres des centres de tri parisiens. Sans nouvelles (le service client de La Poste est pitoyable) du colis pendant plus de 48 heures, il a finalement été retrouvé vendredi dans la journée et à priori livré samedi matin mais Max était déjà parti. Nous voilà cependant rassurés, une tenue de ce genre coûte un prix qui n’est vraiment pas neutre…

Rappelons que la compétition du jour en Autriche est un U23, c’est-à-dire un circuit concernant les séniors jusqu’à 23 ans et que Max en a 18.

Je n’ai que peu de détails sur le niveau d’opposition n’ayant pas accompagné ce week-end. Il y avait une délégation française d’une grosse demi-douzaine de tireurs dont deux du CEP, Sylvain et Maxence. Les nations représentées étaient l’Italie bien sûr, l’Autiche en nombre à domicile puis ISR, CRO, SLO, BLR, NED, ROU, SVK, MDA, GER,  bref, une grosse délégation d’Europe de l’est. Ce qui est sûr c’est que les tireurs qui se déplacent ont un potentiel, on ne court pas l’Europe pour dénoyauter les cerises…

Maxence finit ce circuit européen classé 30ième, c’est plutôt bien, Sylvain son camarade de piste est juste devant, 28ième. Je ne peux pas juger cette fois de la qualité des assauts et de la prestation en général, ce que je sais c’est que Max n’est pas content, mais ça on commence à avoir l’habitude et c’est normal qu’il trépigne d’aller plus haut. Malgré tout, 30ième sur un circuit de ce genre c’est honorable et ça fait faire de la piste dans des conditions qui changent, c’est bon pour tout.

Prochaine étape Bordeaux samedi et dimanche en quinze pour la derch de l’année. Après un peu de repos et sauf un nouveau circuit dégotté à l’étranger, le rendez-vous Juniors en ligne de mire sera Hénin Beaumont fin février avec juste avant  le championnat de France équipes de Strasbourg en Séniors.

-)-----------

Eurofleuret de Valence Sénior

Un pas après l’autre…

 

Un beau week-end que ce déplacement à Valence.

« Avant je faisais des contre-attaques et j’étais mieux classé, aujourd’hui je tire proprement et je galère ».

Voici le résumé de la situation. Explication :

En escrime, on prend l’initiative ou on joue la parade-riposte, on fait ou on attend que l’autre fasse.

Le parti-pris désormais c’est de faire, c’est plus compliqué, c’est moins naturel tenant compte de l’historique, de la façon de travailler jusqu’à présent. Car laisser l’initiative à l’autre c’est être dépendant de ses choix, de ses forces, de ses décisions, et ça marche très bien, jusqu’à un certain niveau, l’idée c’est donc d’atteindre le niveau au-dessus, d’où le travail actuel.

Ce week-end, le résultat n’est toujours pas à la hauteur des attentes du tireur, à croire qu’il n’est pas en mesure d’intégrer ce que l’ensemble de son entourage lui dit, mais n’est-ce pas le propre des gens exigeants de vouloir toujours mieux ?

Maxence fait donc 2 victoires et 4 défaites dans sa poule, il doit donc tirer le tableau de 128 et tombe sur un briscard des pistes, très sympathique et très expérimenté puisque plusieurs fois champion de France contre lequel il se défendra bien mais finira par céder sur le score de 7 à 15.

Dommage, on en aurait bien pris encore une ou deux tranches !!!

Il termine 140ième de cette manche et gagne 5 places au classement sénior par la même occasion.

Les prochains rendez-vous sont à Paris pour l’épreuve de ligue le week-end prochain puis, le suivant une épreuve intéressante en International à Mödling en Autriche, préférée à Gdansk. Cette épreuve est un U23, c’est-à-dire une épreuve Séniors jusqu’à 23 ans. Le niveau sera élevé mais ce qui compte c’est de continuer de travailler, ici avec une forte opposition internationale. Puis on terminera l’année avec un nouveau circuit Elite Sénior à Bordeaux. Ensuite ce sera pause jusqu’en Février, mais toujours un gros programme d’entrainement et peut-être une ou deux opportunités de tournois ou de stages dans ce créneau sans rendez-vous en Circuit National.

Encore du pain sur la planche, mais en ligne de mire le prochain Junior de Hénin Beaumont où, on l’espère, il tirera plus libéré et à n’en pas douter plus aguerri !

Ne lâche rien Max, ça va porter ses fruits !

THESSALONIQUE

Retour sur une belle expérience en Grèce.

 

Il y a deux semaines Maxence a fait un déplacement en Grèce avec son club. Pendant 5 jours il a pu travailler avec de nombreux adversaires dans une ambiance visible sympathique même si la température à Thessalonique était particulièrement fraîche !

Lors de ce déplacement Max a endossé quelques responsabilités en se chargeant de quelques tâches d’encadrement des jeunes de son club. Une première expérience de ce qui l’attend lorsqu’il débutera sa formation de Maître d’Armes.

Puis cette semaine grecque s’est terminée avec trois grosses journées d’Arbitrage de la compétition Internationale cadets. Son arbitrage a été félicité par un officiel de la FIE, une motivation peut-être pour se décider un de ces jours à passer le niveau National ?

De bons souvenirs en tout cas et plein de nouveaux potes de piste !

Première Manche du Circuit National

Un seul déçu : Maxence              23/10

 

C’est courageux de tout remettre en question. Quand on est sportif et qu’on change la méthode, il faut être patient et tenir bon. Mais quand on a 18 ans, on a parfois besoins de toucher le feu pour comprendre que ça brûle.

C’est ce qui s’est passé pour lui ce week-end. Bien que nous l’ayons mis en garde sur le fait que cette nouvelle escrime n’allait pas être en place après seulement quelques semaines de travail, il s’est tout seul, comme un grand, mis une grosse pression concernant cette première échéance du circuit national à Muret, banlieue toulousaine.

Notez bien que le problème ce n’est pas le fait d’avoir envie, c’est le processus qui consiste à se dire, je dois y arriver, pour moi, pour mon projet et pour tous ceux qui y contribuent, Maître d’Armes en tête, penser qu’on a des choses à prouver quoi…

Quand on se met la pression de cette façon est qu’on est dans le confort d’une méthode éprouvée, ça peut être positif, et encore, ça reste dangereux. Mais quand on est dans la situation de Maxence, en pleine reconstruction c’est presque toujours contre-productif, et ça l’a été à Muret.

Une poule difficile mais suffisante le samedi, avec des défaites mais avec le minimum d’écart, il sort de là avec un très bon indice et il est qualifié sans passer par le tableau de 256 mais sans rien se prouver et pour cause. Le dimanche c’est forcément un cran au-dessus et la poule ressemble à une descente aux enfers sur le papier puisqu’il perd ses 6 matchs. Je dis « sur le papier » car vu de son prisme c’est juste une catastrophe, lui qui voulait bien faire perd tous ses matchs et sort sans même avoir fait le moindre assaut en 15. Vu des tribunes il en est tout autrement, encore faut-il qu’il le comprenne, à nous de jouer pour la traduction, c’est beau la vie de parent !

Car vu des tribunes, elle est pas mal du tout cette compétition. Max est bien plus actif qu’avant, qu’il soit en attaque ou en défense, il « fait », dans notre jargon d’escrime, il décide. Le seul Hic, c’est que de temps en temps, il doute, il s’arrête, faute de savoir s’il doit aller dans un sens ou dans l’autre, c’est normal c’est « l’entre deux ». Mais moi, je vois clairement la différence et ce que je vois me plait beaucoup, c’est ça qui manquait à son jeu, et c’est ça qui demain fera peut-être, sûrement, la différence.

Et, car je ne suis pas un « pro », je ne suis qu’un humble papa, je m’en remets aussi à l’avis du Coach qui désormais s’occupe de Maxence et qui partage mon analyse. Il est content de voir son jeu évoluer comme il évolue, bref à part lui tout le monde est positif.

Voilà, tout est dit, le chemin est encore long, il faut tenir le cap, c’est à ce prix que Max réussira et atteindra son objectif, on n’a pas fini de se tripatouiller le cerveau ;-)

La leçon !

Circuit National Toulouse

                                                            20/10

 

Reprise du circuit National Junior 

 

C'est le VRAI retour aux pistes ce week-end à Muret (Toulouse).

Le circuit National c'est la compétition importante, celle qui compte pour les points, LES rendez-vous de l'année.

Après un peu moins de deux mois au sein du CEP à reprendre les fondamentaux afin de faire évoluer son escrime, Maxence retrouve les pistes à Muret, compétition qu'on affectionne même si c'est la plus éloignée géographiquement. Nous serons au bord des pistes pour encourager notre poulain !

Le nouveau "jeu" n'est pas encore en place, normal, c'est une période de transition qu'il va falloir savoir gérer et qui demandera patience et opiniâtreté.

Hâte de retrouver l'adrénaline dès demain au bord des pistes et notre champion. L'un et l'autre nous manquaient !

 

Allez Max !

Reprise entre deux eaux...                                    01/10

 

C'était le tournoi international OPEN d'Antony ce week-End.

Impossible d'accompagner Maxence, une autre destination nous attendait Dimanche. C'est donc sans nous qu'il allait rencontrer la crème des séniors puisque ce tournoi de reprise est prisé par les compétiteurs et que, par exemple, l'ensemble des Olympiens français étaient au rendez-vous.

Cette compétition de reprise était intéressante pour faire "le point" sur le changement de méthode, cependant, après seulement un mois de travail il est bien trop tôt pour en mesurer les effets.

La preuve, Max ne passera pas la barrière du samedi et ne se qualifiera pas pour le lendemain.

Lors de cette compétition il fait un résultat honnête avec 3 victoires et trois défaites dans une poule relevée, mais elles l'étaient toutes !

Le tableau de 256 l'opposera à un sénior Belge contre lequel il s'inclinera sur le score de 9/15.

L'analyse est logique, Max est encore entre deux jeux, le précédent et le nouveau, encore difficile de gommer le précédent pour faire dominer l'autre, encore trop court en travail de fond. Intéressant cependant car lorsque le nouveau jeu s'impose ça passe, juste une question de confiance et de régularité afin qu'il domine. Autre frein, la cheville qui titillait Max ces deux dernières saisons a refait parler d'elle et il était impératif de la préserver sur cette compétition qui ne rapporte pas de points, PIANO ! Maxence subira quelques nouveaux examens la semaine prochaine afin de tenter d'en savoir plus sur ce bobo récurrent et de trouver une solution.

Les échéances suivantes sont proches, une manche de la ligue de Paris le 15/10, une première pour Maxence, puis le premier circuit national Elite junior à Muret (Toulouse), manche importante cette fois car le résultat conditionne le reste de la saison, bien commencer c'est toujours bon, pour le moral, et le classement. Mais la saison sera longue. Après cette compétition nationale, un stage en Grèce et un arbitrage international la même semaine au même endroit et avant cela un passage par Manchester en tant qu’arbitre juste avant la manche de Paris, Max va voir du pays !!!

Hâte d’être à Muret pour soutenir mon grand, sois patient Maxence, le travail paie toujours !

 

Autre lieu, même objectif !

C'est désormais à Paris au sein du CEP que Max va travailler son Escrime

10/09/17

 

C'est parti pour Paris

 

Après des vacances inoubliables aux Antilles, l'heure de la rentrée a sonné !

C’est à Paris dans un nouveau club, le Cercle des Escrimeurs Parisiens (CEP), que Maxence va poursuivre sa formation et son objectif : le haut niveau.

Une inscription à la Sorbonne, sur un cursus de lettres qui n’était pas prévu mais il a bien fallu trouver une place. J’en profite ici pour préciser que APB, le portail qui permet aux étudiants de s’inscrire à leurs cursus supérieurs, n’est absolument pas à incriminer en ce qui concerne les problèmes rencontrés en cette rentrée. Ce portail fonctionne parfaitement bien, il ne fait que distribuer comme on le lui demande des places, avec un principe de priorité selon les vœux des étudiants. Il se trouve qu’il n’y a pas assez de places dans certaines branches et trop dans d’autres, le portail Internet n’est pas magicien, il fait avec ce dont on l’alimente ! Ne pas s’y tromper, taper sur le portail est plus facile que d’expliquer pourquoi cette évolution n’a pas été anticipée par l’éducation nationale et je m’abstiendrai sur le taux de réussite au bac qui lui aussi plombe l’organisation des études supérieures. Bref, Max ne fera pas ce qu’il voulait faire scolairement et je désespère de constater que les études de lettres sont délaissées (là il y a encore beaucoup de place), surtout si l’on tient compte du niveau en français de notre jeunesse, visiblement cette génération s’en tape totalement de savoir écrire correctement mais ça, on l’a tous constaté !

Revenons au projet de Maxence.

Trois à quatre entrainements par semaine agrémentés de trois à quatre grosses leçons. Ajoutez à ça la participation aux deux championnats juniors et séniors, et, en fonction des possibilités des passages sur des circuits étrangers « Open » pour couronner la saison. Sans tenir compte de ces circuits, les compétitions occuperont au minimum 16 week-ends de Maxence aux quatre coins de la France comme nous en avons désormais l’habitude, plus loin probablement !

L’objectif sportif est fixé, terminer la saison dans le TOP 10, Maxence en est capable, les conditions sont réunies, reste à bien s’intégrer et s’entendre avec son nouvel environnement sportif et enfin que le corps tienne un rythme et une intensité élevés.

La séparation a été difficile, nous sommes fusionnels comme l’a observé très justement son nouveau Maître d’Armes Stéphane Le Bleis. Mais c’est parce que c’est douloureux que ça a de la valeur, c’est parce que ça nous coûte à tous, à lui, à sa sœur, à sa mère, à ses amis et à moi que ça vaut le coup de s’arracher, de se faire mal, de regretter le confort d’être l’un près des autres. Ce rêve est à portée mais le chemin est long et sinueux, il faut tenir sur la longueur, accepter les défaites, intégrer la patience, tenir le cap, serrer les dents recommencer encore et encore. Dans ce parcours tel qu’il se présente, il n’y a pas d’obligation de résultat, en tout cas pas pour nous, mais lui a le droit d’être exigeant avec lui-même, c’est le propre des champions. En ce qui nous concerne je retiendrai simplement l’obligation de moyens, pas en rapport à l’investissement, juste parce que nous le croyons tous capable de le faire, de se hisser dans l’élite et de vivre des trucs de ouf dans son accomplissement sportif, avec nous à ses côtés.

Le premier gros rendez-vous est à Toulouse les 21 et 22 Octobre, je trépigne de voir comment Max aura probablement déjà évolué mais surtout de le revoir prendre du plaisir sur les pistes et de nous en donner. On sera là avec Pascal pour le « guetter » !

Va mon fils, regarde devant, on est juste derrière toi !

 

Toinet

Metz Augny

Version imprimableVersion imprimable | Plan du site
© Anthony Schaller SportMax